Le bisounoursisme, la Chine et le Japon

Il y a quelque temps j’ai publié ici un article en anglais sur  l’avenir des relations sino-japonaises. Il n’était pas très bon, pourquoi? Entre autre parce qu’il se rend coupable du crime suprême de “bisounoursisme”.

Pour être plus précis, il avait deux défauts. Le premier c’était de considérer la question des mémoires historiques comme une question indépendante. C’est à dire que la mémoire par elle-même serait un obstacle à des relations plus pacifiques et que cette obstacle peut être lever par un travail de réconciliation historique sur le modèle franco-allemand par exemple. C’est un cas typique de bisounoursisme. Comme si l’ émergence de la question historique dans les années 80 était indépendante de l’abandon du communisme par le PCC( en pratique, pas dans les discours) et de l’affirmation de la puissance économique japonaise à la même période. On connait bien aujourd’hui le rôle légitimant du nationalisme pour le gouvernement communiste. L’histoire est aussi un instrument très intéressant pour affaiblir les prétentions du Japon à jouer un rôle régional important en l’isolant de ses voisins comme la Corée du Sud. Il ne s’agit pas ici de dire que le gouvernement japonais est peuplé de saints mais de rappeler que l’histoire n’est pas un facteur froid et objectif mais un instrument mobilisé à des fins politiques. De sorte que la question de l’histoire n’est en réalité pas nécessairement une cause de friction à part entière  mais un symptôme. Il serait naïf de croire que sous prétexte qu’un nouveau partie est au pouvoir à Tokyo et que celui-ci s’abstiendra de faire des gestes politiques trop flamboyant comme des visites au sanctuaire de Yasukuni, cette question disparaitra. Elle peut s’effacer pour un temps, puis revenir lorsque l’une des parties en aura besoin.

Le deuxième défaut était le réductionnisme économique. Il est incontestable que les liens économiques entre les deux pays sont très forts et que c’est un facteur très important. Ces liens économiques créent des groupes d’intérêts favorables à la poursuite d’un rapprochement aussi bien en Chine qu’au Japon. Mais ce n’est pas un facteur exclusif. Ils en existent d’autres qu’on ne peut pas négliger. Le problème fondamental de la sécurité ne sera pas résolu par des accords de libre échange. Aucun des deux joueurs ne peut connaître l’intention de l’autre et ne se font véritablement confiance , il est par conséquent inévitable qu’un dilemme de sécurité émerge. L’expansion de la marine chinoise pour faire face aux nouveaux impératifs de sécurité chinois inquiète au Japon, ce dernier inquiète à son tour le gouvernement chinois par sa modernisation militaire. La crise coréenne peut se voir sous ce prisme aussi: protection indispensable de sa frontière nord pour la Chine; menace pour le Japon.

L’incertitude quand à l’avenir de cette relation tient fondamentalement à la nature du régime politique chinois. Si la politique japonaise navigue depuis des décennies sous le regard des médias entre les bornes étroites posées par une opinion publique apathique mais pacifique et une alliance américaine; la politique chinoise, elle, est beaucoup moins prévisible. Elle est le fruit d’intérêts, d’objectifs, d’espoir, de rivalités et de rapports de force internes que  l’observateur extérieur ne connaît et ne comprend qu’imparfaitement. Sans compter que l’avenir du régime lui-même est en question. Est-il possible qu’un régime à la fois communiste( par son système de gouvernement et son idéologie)  et capitaliste puisse exister? Le poids de ces incertitudes rend impossible d’affirmer quelle logique, économique ou sécuritaire, triomphera. L’arrivée du DPJ au pouvoir à Tokyo ouvre un nouveau chapitre sur le plan symbolique dans une saga déjà très longue et il n’est pas encore question d’écrire “ ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants”.

Publicités

La Chine et le Japon

Dans le cadre de mes études j’ai eu l’occasion de revenir sur une de mes petites obsessions personnelles. L’article qui va suivre est en anglais, je m’en excuse tout d’abord auprès des non-anglophones, ensuite auprès des anglophones pour le style quelque peu maladroit. Je n’ai pas le temps de m’occuper d’une éventuelle traduction. Il est assez insatisfaisant mais  j’espère avoir l’occasion dans les prochains jours d’en rediscuter.

The relationship between Japan and China is one of the most important bilateral relations in East Asia. In importance, it probably can only be compared with the relations between these two countries and the United States.

Japan is the most advanced and richest nation in Asia. China is the most populous and the most influent with a seat on the UNSC. Both are key players in the global economic system. They are closely bound together by a complex web of economic ties. The importance of the two countries explains that much of the future of the region depends on the relations between them.

If China and Japan can cooperate and set aside the past, it is likely that the rest of the region will follow with the exception of a few trouble makers like North Korea. And the entire region will be better equipped to deal with the challenges of the future. Conversely, if they agree, the whole region will suffer, torn apart between two rivals.

Today, the future of this relationship remains fraught with uncertainties. China’s meteoritic rise on the global scene in the last 30 years has contributed to a growing sense of insecurity among Japanese leaders and their people. At the same time, the spectacular anti-Japanese demonstrations in China in 2005 shows that there is a strong distrust of Japan in China.

Why? To understand the relations between China and Japan, we need to understand the past.

A brief history of Sino-Japanese relations

Relations between the two countries are old. Exchanges between the Japanese Archipelago and mainland Asia are several thousand years old and official relations between the Chinese State and the first known Japanese state can be traced as far back as the VIIth century AD. The young Japanese state copied the Chinese institutions, imported its writing system and its ideas such as Buddhism. In those times, the Japanese political elite spoke and Japan sent embassies to China.

So Japan, much like Korea or Vietnam, was heavily influenced by Chinese Culture. However, it never was under direct control of any Chinese State and its precise standing in the Chinese tributary system is the subject of historical controversies.

Relations were not always peaceful; in fact the first known battle between Chinese and Japanese armed forces, the battle of Baekgang or Hakusukinoe, is as old as the relationship itself. The subject of the dispute was a familiar one: Korean politics. From the XIIIth century to the XVIth century, Wokou, Japanese pirates made themselves famous by ravaging the Chinese coasts.

Japan and China may be old neighbors but their relations never reached the importance they have today. The current situation, where the two countries consider themselves as equal, is a heritage of the XIXth century.

While China failed to adapt to the changing context with the industrial revolution and the rise of the western colonial powers, Japan took the path of accelerated development with a program famously summarized in four words: “rich nation, strong army”.

Japanese ambitions and China’s weakness set the two countries on a colliding course. Korea, an old Chinese protectorate became the subject of the first modern conflict between them. Korea had long been a crossroads between the Chinese world, the Japanese Islands and Siberia. In a way, it was only natural that it would be the first subject of conflict between the two neighbors.

Chinese defeat and the following treaty of Shimonoseki in 1895, by which Japan acquired Taiwan, symbolized the new power balance. Japan was the new regional leader, the model to follow. In 1900, the Japanese participation to the international coalition that suppressed the Boxer uprising, symbolized Japan’s integration in the western world. At the same time, many Chinese students studied in Japanese universities. Sun Yat-sen founded his party, the Tongmenghui, in Tokyo in 1905.

Still, despite these more peaceful exchanges, relations in the early XXthe century were disastrous. In 1931, the Japanese invasion began with the creation of a puppet-State, the Mandchoukouo. In 1937, Japan launched a complete invasion of China. These events made a lasting impact on the relationship between the two countries. After 1949, Japan followed Washington’s policy of non-recognition of Beijing’s authorities.

With Japan defeated and under American surveillance and China at last reunited and at peace, the cold war was the beginning of a new era of equal relations between the two sides.

Informal contacts began between the two governments in the 1950s but due to the constraints of the Cold War, they had to remain discreet. The result was an unofficial bilateral trade agreement signed in 1962.

However, not much progress could be made until the US changed their policy toward the People’s Republic of China, which in turn would have allowed Japan to follow a more conciliatory policy toward Beijing.

The change came in the early 1970s. In 1972, President Nixon visited China and diplomatic relations were finally established in 1979. The new US policy allowed China and Japan to follow a different course, liberated from the constraints of anti-communism.

In September 1972, Japanese prime minister, Kakuei Tanaka, visited Beijing and was received by Mao Zedong. Relations were normalized. Then, in 1978, a peace treaty was finally signed. A wave of Japanese investments and loans followed.

But even in the early 1980s, history was a controversial subject and the apparent difficulties of the Japanese to face their war-time past were a source of anger for the PRC government. China was very interested in Japanese economic aid and investment but at the same time it remained suspicious of Japan and its perceived arms build-up.

Today

The economic relations are as important as ever, in 2006, Japan was the third most important destination for Chinese exports and the first source of imports. For Japan, it was the third destination for exports and the first source of imports. Japan is also the first source of foreign direct investments for China. And China’s robust growth in the 1990s and 00s is often thought to be behind the Japanese economic rebound in the early 00s.

Despite this, there are still today a number of problems. The most obvious is the number of historical controversies. Japanese Prime Minister Jun’ichirō Koizumi liked to visit the Yasukuni Shrine where the spirits of Japanese soldiers, among whom war-criminals, are honored.  There are also controversies over text-books. These events have raised doubt over the sincerity of Japan’s apology.

There is also a territorial dispute over the delimitations of the two countries respective EEZ. The center of this problem is the Diaoyutai or Senkaku Islands.  They are uninhabited and are formally under the control of the Japanese government. The Chinese government claims that the islands are Chinese. The islands in themselves are useless but there is natural gas in the area.

Another problem is Taiwan. Japan enjoys good relations with Taiwan. The Chinese government is very susceptible to anything that might appear as a challenge to the “one-china” principle. The issue is aggravated by the US-Japan alliance, since 1979 and the Taiwan relations Act, the United States protects Taiwan.  In 2005, the US and Japan made a joint communiqué encouraging “the peaceful resolution of issues concerning the Taiwan Strait through dialogue.” It was interpreted by Beijing as interference in China’s internal affairs. The perimeter of the US-Japan alliance is the important issue in this context. In 1996, Japan and US adopted “new guidelines” that detail cooperation regarding the defense of Japan and “situations in areas surrounding Japan”.   Whether or not this sentence includes Taiwan is a source of uncertainty in the region.

These three problems should be understood in the larger context of the changing balance of power in East Asia. China is on the rise while Japan is weakened by an economic depression and a demographic decline.  It is not a very promising context for peaceful relations. Yet the two countries are more interdependent than ever.  Will the future be dominated by cooperation in a “win-win” game or by competition in a “zero-sum” game?

Recently, the DPJ was elected; the new government promised a more Asian centric policy and intends to avoid any sign of historical revisionism. If this trend goes on, and if China is open to it, a more peaceful era might open for the East Asian region.

Typhon sur Tokyo

Le dimanche 12 Juillet 2009, pour la première fois depuis 44 ans le parti libéral-démocrate (PLD) a perdu le contrôle de la région de Tokyo. Désormais, l’opposition avec en tête le parti démocrate du Japon (PDJ[54 sièges sur 127]) détiens la majorité des sièges. Le Japon est divisé en 47 préfectures avec un gouverneur élu directement et une assemblée qui vote notamment le budget. La préfecture de Tokyo avec ses 12 millions d’habitants, au centre d’une mégapole de 35 millions d’habitants, poumon économique d’un pays relativement centralisé revêt une importance considérable. La défaite est si désastreuse que le Premier ministre libéral-démocrate, Taro Aso, s’est décidé à dissoudre  la Chambre des représentants qui est la chambre basse du parlement japonais, la Diète.

Cette défaite n’est pas une surprise mais l’aboutissement d’une dégradation continue de la situation pour le parti majoritaire depuis la démission du Premier ministre PLD Jun’ichirō Koizumi en 2006.  Le parti libéral-démocrate domine depuis plus de 50 ans la vie politique japonaise dans le cadre de ce qu’il est convenu d’appeler “le système de 1955”, 1955 étant la date de sa création et de sa prise de pouvoir. C’est ce partie quasi-unique qui a conduit l’expansion économique du pays et mis en place les fondations de l’alliance avec les Etats-Unis. Si le système a pu fonctionner c’est que le PLD n’était pas un parti dans le style européen mais une coalition disparate d’intérêts dont l’objectif principal était la prise du pouvoir. Ces différents intérêts s’organisaient en factions plus ou moins importantes luttant pour l’influence au sein du parti et donc en pratique pour le contrôle du gouvernement. Toute ces factions entretenaient des liens avec les milieux industriels, notamment le BTP, et les fonctionnaires, entre autre le très puissant et indispensable MITI ( le ministère de l’économie).

Ce système resta pratiquement inchangé jusqu’en 1994, avec la crise économique qui fait suite à l’éclatement de la bulle immobilière des années 80 et l’arrivée d’une nouvelle génération en politique,  le partie explose en trois mouvements différents. Mais dès 1996, la situation est rétablie et le grand schisme de 1994 apparaît comme un intermède sans lendemain. Pourtant, le PLD n’a jamais retrouvé sa puissance d’antan et semble à la fin des années 90 essoufflé.  Mais en 2001, le parti semble avoir trouvé la formule magique avec Jun’ichiro  Koizumi. Charismatique et populaire, Koizumi s’impose comme l’homme du renouveau et de la réforme. C’est précisément cette politique qui va le mettre en conflit avec une partie de la base du parti. Le choc le plus violent aura lieu en 2005 autour de la privatisation de la poste qui avec ses activités financières entretiens des liens troubles avec les industries du BTP, l’administration et le PLD. Pour vaincre, Koizumi va dissoudre la chambre des représentants et exclure du parti les opposants à la réforme, les élections de 2005 sont finalement un triomphe pour le Premier ministre. Le LDP de la première moitié des années 2000 semble alors s’affirmer comme un champion de la réforme.

C’est en réalité impossible en raison de la nature même du PLD qui est une coalition d’intérêts en place: petit commerçant protégé par la réglementation, entreprises, bureaucraties… Autant de catégories que les réformes de Koizumi attaquent de front. Après son départ en 2006, les rebelles sont réintégrés et la parenthèse réformiste se referme.  Depuis 2006 les Premiers ministres se succèdent, trois en quatre ans, sans que le parti réussisse à définir une ligne d’action claire. Pire encore, une série de scandale ont gravement affecté sa popularité. Le pire de tous est incontestablement la perte de 50 millions de dossiers de retraite en 2007. La retraite de plusieurs millions de japonais avait tout simplement disparu dans les méandres du système.

Ces difficultés et  l’impatience croissante de l’électorat japonais (quand il n’a pas tout simplement déserté l’isoloir) ont aidé le parti démocrate du Japon a prendre l’avantage. Ce parti est issu de la fusion de plusieurs partis d’opposition en 1998   a ses propres divisions internes. En pratique sa vision de l’avenir du Japon n’est guère plus claire ou cohérente que celle de son rivale mais il a réussie à s’imposer comme le principal parti d’opposition et comme un parti de gouvernement crédible. En 2007, il est finalement devenu majoritaire dans la chambre des conseillers ( la chambre haute de la diète).

La défaite de Tokyo est donc pour le PLD la dernière étape d’une chute libre depuis 2006. Scandales et défaites électorales se sont accumulés et rendent désormais un peu près certain la victoire de l’opposition au élection du 30 août 2009.

Quels enseignements faut-il tirer des ces péripéties ? Le Japon est depuis les années 90 enfoncé dans une crise économique et politique dont il n’arrive pas à se sortir. La crise financière de 2008 a mis un terme à la timide reprise des années 2000 et replonge l’économie japonaise qui venait à peine de sortir du trou. Ces difficultés arrivent alors même que le Japon connaît un vieillissement très rapide qui va considérablement alourdir les comptes alors que la dette publique s’élève déjà à 170% du PIB. Il est donc clair que le Japon a besoin de réformes s’il veut se sortir de cette situation. Or jusqu’ici le système politique n’a pas été capable de trouver une solution.  L’émergence depuis la fin des année 90 du PDJ et sa victoire probable annonce t’il l’émergence d’un bipartisme? Peut-être mais ce ne sera pas une condition suffisante, le PDJ a lui aussi ses divisions internes et ses clientèles. Le sort des réformes est donc incertain.

Quoi qu’il en soit, les problèmes domestiques vont absorber l’essentiel de l’attention des japonais et de la classe politique. Il est donc peu probable que Tokyo puisse jouer un rôle très actif dans la région Asie-Pacifique et encore moins au-delà. Les ressources financières disponibles pour la force d’auto-défense se feront de plus en plus rare et une extension significative de ses capacités est assez peu probable. Une révision de l’article 9 de la constitution (la clause de renonciation à la guerre)  qui était déjà assez problématique dans le contexte politique actuel deviendra impossible si le PDJ gagne effectivement les élections. Bref, le retour du Japon militariste tant annoncé par les voisins du Japon (surtout Corée du Sud et Japon) devient très peu crédible.

Le sac de noeuds coréen.

2453906323_09330e08b4La Corée du Nord fait à nouveau parler d’elle et ce n’est pas la peine d’expliquer pourquoi .

Il y a quelque chose de paradoxal dans la situation actuelle qui rend l’affaire assez intéressante.  Il est établit que si la République Démocratique Populaire de Corée (DPRK) se lançait dans une action militaire, le régime de Pyongyang serait anéanti.

Aujourd’hui les observateurs suivent la Corée du nord comme un vieillard à l’agonie perpétuellement au bord du gouffre mais que les perfusions de toute sorte maintiennent tant bien que mal vivant. Chaque année, le sujet reviens sur le tapis lors du grand dîner de famille: mais quand va-t’il mourir?

Donc nous avons affaire à un régime mourant  et pourtant ceux qui ont le plus peurs ne sont sans doute pas les maîtres de Pyongyang mais le monde extérieur. C’est qu’en réalité, la possibilité d’une mort imminente est la plus grande menace que puisse brandir le régime.

Même si l’on exclu l’éclatement d’une guerre qui, soyons en sur, serait proprement apocalyptique; la triste réalité est que personne, vraiment personne (si ce n’est le malheureux peuple de la Corée du nord et encore…) n’a intérêt à voir le pays s’effondrer.

Ce qui maintient en vie la Corée du nord, c’est la menace de sa propre mort.

Voyage virtuel

Les rochers  Liancourt sont un motif permanent de disputes entre le Japon et la Corée du Sud.  Connu sous le nom d’îles Dokdo en Corée et Takeshima au Japon, ces rochers appartiennent aujourd’hui à la Corée du Sud. Pour le Japon, ces îles ont été annexées en 1905 en même temps que la Corée et reste aujourd’hui japonaises. Comme d’habitude dans ces cas là, l’enjeu économique principal est les droits de pêche mais celui-ci est largement surpassé par l’enjeu nationaliste surtout en Corée du Sud.

GE JSK

GSK2

GSK3

d

ff

article-0-01F1B25900000578-384_468x326_popup

Le Japon et les bases américaines

air_f-15j_underside_lgLa question des bases militaires américaines au Japon a fait ces dernières semaines un retour sur scène. Fin février, le chef du principal parti d’opposition, le DPJ, Ichiro Ozawa fait quelques commentaires sur la visite du secrétaire d’Etat Clinton au Japon et la visite du premier ministre Taro Aso à la maison blanche. Il déclare entre autre que « d’un point de vue militaire, la VIIeme flotte US est là, c’est suffisant comme présence militaire américaine en extrême orient ».

Ces déclarations ont été fortement critiqué( entre autres comme « irresponsable ») par  des membres  parti libéral-démocrate actuellement au pouvoir. Ces derniers n’ont été que trop heureux de saisir l’opportunité de mettre en doute la capacité de l’opposition « de gauche » à gouverner le pays alors que le gouvernement a atteins un niveau d’impopularité abyssal.  En effet, le DPJ est une formation récente  dont les membres n’ont pour la plupart jamais  exercé le pouvoir. Le LDP domine la vie politique depuis 1955 pratiquement sans interruptions. Pas moins de 33 000 soldats américains sont présent sur le sol japonnais. Leur présence est une source constante de contentieux entre Tokyo et Washington. Pas tant sur le principe que sur les coûts induits par cette présence(dispute fréquente sur qui paye quoi et comment) et l’impopularité durable de ses bases dans les régions où elles sont situées. L’exemple le plus célèbre  est Okinawa avec l’énorme base aérienne de Kadena, rétrocédé par les Etats-Unis au Japon dans les années 70, la présence américaine est depuis lors une source constante d’irritation pour la population locale. Une partie des installations devraient migrer vers Guam d’ici 2012.

Historiquement, si le LDP est un  parti nationaliste et conservateur dont l’objectif constant est de faire du Japon un « pays normal », c’est à dire de réviser la constitution pacifiste(notamment l’article 9 renonçant à la guerre) , il a toutefois entretenu des relations cordiales avec l’allié américain. Le DPJ à l’inverse, en tant qu’hériter des formations politiques de gauche est naturellement hostile à la présence américaine. Mais c’est plus complexe qu’une simple opposition droite/gauche, nationaliste/internationaliste. Ichiro Ozawa est un anciens du LDP qui fut contraint de partir au début des années 90 suite à des affaires de corruption. Ses positions ont toujours été nationaliste et indépendante, en fait elle n’ont donc que peut de chose en commun avec la position pacifiste traditionnelle de la gauche japonaise.

Ainsi il y a quelque chose de paradoxal, comme le font remarquer certains commentateurs, à voir la position d’Ichiro Ozawa critiqué par le LDP « ‘nationaliste ».  Cela illustre le fait que la branche la conservatrice et nationaliste du LDP( représenté par exemple par l’ancien premier ministre Shinzo Abe) allie aujourd’hui très étroitement nationalisme et coopération étroite avec les États-Unis. Une formule qu’on retrouve ailleurs dans le monde et qui n’est donc pas précisément originale.

Sur le fond de l’affaire, le position semble défendable. Il est incontestable que l’US navy joue un rôle clef dans stabilité régionale et c’est donc elle et non l’US Air Force et l’US army qui est en première ligne. Le Japon consacre 1% de son PIB à sa défense, ce qui permet à ses forces d’autodéfense d’atteindre un niveau respectable. Notamment la marine est considérée par beaucoup comme étant la deuxième dans le monde. Reste qu’en l’absence de capacités offensives et face à la monté en puissance des voisins, nombreux sont les observateurs qui estiment irréaliste de se passer d’une présence américaine sur le sol japonnais.

Quoiqu’il en soit, ce dernier incident montre que l’arrivée  de plus en plus probable au pouvoir du DPJ pourrait aboutir à une redéfinition progressive de l’alliance.

EDIT: Tout compte fait la victoire du DPJ est moins évidente. Ozawa est impliqué dans un nouveau scandale, ça va sans doute faire mal…

Informations complémentaires:

Observing Japan 1 2

Shisaku

Le Japon s’aventure dans le golfe d’Aden.

a_jap_militaryLe premier ministre Taro Aso devrait bientôt ordonner à la marine japonaise (JMSDF) de préparer l’envoie de navire dans le golfe d’Aden. Une loi l’autorisant devrait passer devant la Diète début mars(source).

Le gouvernement japonais trouvera donc dans cette opération une manière commode de céder aux  pressions américaines demandant un engagement plus fort sur la scène internationale  tout en préservant le peu qui reste de popularité( qui a plongé dans les abysses) .

Il était aussi sans doute difficile de rester en dehors du coup lorsque la Chine, la Corée du Sud et l’Inde  sont de la partie.

Informations complémentaires: Japan Focus (en anglais mais lecture recommandé)