Le sac de noeuds coréen.

2453906323_09330e08b4La Corée du Nord fait à nouveau parler d’elle et ce n’est pas la peine d’expliquer pourquoi .

Il y a quelque chose de paradoxal dans la situation actuelle qui rend l’affaire assez intéressante.  Il est établit que si la République Démocratique Populaire de Corée (DPRK) se lançait dans une action militaire, le régime de Pyongyang serait anéanti.

Aujourd’hui les observateurs suivent la Corée du nord comme un vieillard à l’agonie perpétuellement au bord du gouffre mais que les perfusions de toute sorte maintiennent tant bien que mal vivant. Chaque année, le sujet reviens sur le tapis lors du grand dîner de famille: mais quand va-t’il mourir?

Donc nous avons affaire à un régime mourant  et pourtant ceux qui ont le plus peurs ne sont sans doute pas les maîtres de Pyongyang mais le monde extérieur. C’est qu’en réalité, la possibilité d’une mort imminente est la plus grande menace que puisse brandir le régime.

Même si l’on exclu l’éclatement d’une guerre qui, soyons en sur, serait proprement apocalyptique; la triste réalité est que personne, vraiment personne (si ce n’est le malheureux peuple de la Corée du nord et encore…) n’a intérêt à voir le pays s’effondrer.

Ce qui maintient en vie la Corée du nord, c’est la menace de sa propre mort.

La Corée du Nord après la mort de Dieu

Péninsule CoréenneDPRK Studies a un excellent post sur l’avenir probable de la Corée du Nord.Il ne serait pas surprenant que le régime survivent à la famille du fondateur et passe dans les mains d’une clique de généraux sous influence chinoise. Ce serait d’ailleurs le scénario quasi-idéal pour beaucoup de monde sauf les malheureux nord-coréens.  Car qui vraiment aujourd’hui veut gérer la fin de cette antichambre de l’enfer avec son cortège de réfugiés, d’officiers corrompus et d’armes NBC?