Pourquoi la France n’a pas besoin d’une armée

 

Le budget attribué par la France à son ministère de la défense est d’un peu moins de 50 milliards d’euros. Si l’on réduit le périmètre au dépense de défense au sens stricte selon les normes OTAN, c’est 35 milliards d’euros qui sont dépensés pour les forces armées françaises soit 1,6% du PIB de la France. Les missions de défense représente environ 13% du budget (cela varie un peu selon les années). Ce sont donc des ressources tout à fait considérables qui sont affectées aux armées et il est légitime de se demander pourquoi.

Pourquoi dépenser autant alors qu’aucune menace ne subsiste aux frontières de la France? Pourquoi dépenser autant alors qu’aucune menace un tant soit peu conventionnelle n’existe? Que l’on se demande bien dans quelle situation la dissuasion nucléaire pourrait être crédible?

Les réponses habituelles sont en général quelques poncifs du genre “on ne sait jamais” ou encore “si tu veux la paix, prépare la guerre”. La guerre est peut être un risque, mais il existe toute sorte de risque. Il est possible que la Terre soit frappé par un astéroïde, investissons nous pour autant dans la défense anti-astéroïde? Non, l’existence d’un risque ne suffit pas à justifier une mission et un budget surtout aussi considérable que celui du ministère de la défense. Encore faut-il que le risque soit significatif. Or on se demande bien aujourd’hui à quoi sert l’armée française et à quoi elle pourrait bien servir à l’avenir. Il est bien possible que si l’armée française existe toujours c’est plus par la force des habitudes et l’intérêt d’un complexe militaro-industriel.

Car quel est aujourd’hui la réalité géopolitique dans laquelle s’inscrit la France d’aujourd’hui. Tout d’abord, fait évident, il n’existe aucune menace militaire conventionnelle au frontière. Tout nos voisins sont enserrés dans un vastes réseaux d’organisations multilatérales et d’interdépendance. Les attitudes face à la guerre en Europe sont négatives. Bref, la guerre sur le Rhin est impossible. Il est possible d’objecter que c’était déjà le cas avant, et pourtant il y avait bien une menace grave: l’URSS. Certes mais l’URSS était motivé par une idéologie qui voulait qu’elle soit l’avant garde d’une révolution, elle avait des moyens sans commune mesure avec la Russie actuelle. Qui oserais prétendre que la Russie a aujourd’hui ou dans le futur l’ambition et les moyens de dominer l’Europe? C’est absurde. Quand bien même la Russie aurait des intentions révisionnistes  en Europe de l’est, ce n’est en aucun cas une menace pour la France. Les pays d’Europe centrale et orientale ainsi que l’Allemagne font écran, c’est leur problème et celui de leur allié américain. En aucun cas est-ce une menace pour la France. Nous n’avons aucune obligation politique ou morale de nous intéresser à leur sort.

A l’heure de la mondialisation, il est commun d’entendre dire qu’une marine est nécessaire pour sauvegarder la sécurité du commerce et défendre nos intérêts à travers le monde. On relèvera d’abord qu’on ne vois pas très bien quelle menace pesant sur le commerce maritime justifie des frégates anti-aérienne à un milliard pièce et encore moins des sous-marins nucléaires d’attaque. Si il s’agit de lutter contre la piraterie, il existe des solutions infiniment moins coûteuses. Quand bien même la piraterie ou une menace un plus lourde, comme par exemple un conflit autour d’une grande route maritime, se manifesterait la France n’est pas plus dépendante que d’autres Etats du commerce maritime. En fait, elle est sans doute moins dépendante que d’autres. Les Etats-Unis d’Amérique bientôt rejoins par d’autres puissances (l’Inde ou la Chine semblent avoir un amour-propre très développé) s’acquitteront fort bien de cette tâche puisqu’ils ont manifestement l’intention d’acquérir grâce à cela prestige et reconnaissance internationale. Peut être que les français désirent le prestige et la reconnaissance des nations, il est plus probable qu’ils préfèrent manger à leur faim, éduquer leurs enfants et vivre tranquillement. Autant de choses auquel 35 milliards d’euros peuvent plus utilement contribuer en étant investit ailleurs que dans des missiles.

Le militaire objectera que le monde est incertain, que de nombreuses crises peuvent survenir. La réponse est simple, soit cette crise est grave et l’on trouvera toujours quelqu’un de plus inquiets pour s’en occuper à notre place car elle concernera de nombreux pays, soit elle est bénigne et dans ce cas nous n’avons même pas besoin de nous poser la question. C’est sans  importance. On voit bien qu’en réalité la France n’a pas besoin de ces fameux moyens de projections.

Enfin, il reste la très coûteuse dissuasion nucléaire, vache sacré du débat français. Est-il aujourd’hui gadget plus inutile? Car enfin,  dans quel scénario l’utilisation de cette arme serait crédible? Il déjà établit qu’il n’y a pas de menace existentielle sur la France.

17 commentaires sur « Pourquoi la France n’a pas besoin d’une armée »

  1. Autant je prends d’habitude un certain plaisir à lire vos analyses, autant celle-ci me semble superficielle et passablement erronée.

    Quelques pistes histoire d’approfondir (peut-être…) le débat.

    >> Ce sont donc des ressources tout à fait
    >> considérables qui sont affectées aux armées et
    >> il est légitime de se demander pourquoi

    1,6% du PIB n’est PAS considérable. La majeure partie des états du globe consacre un budget entre 2 et 3% du PIB. Cela dit je suis d’accord avec vous sur ce point: tout budget doit être justifié et justifiable

    >>Les réponses habituelles sont en général
    >> quelques poncifs du genre “on ne sait jamais”
    >> ou encore “si tu veux la paix, prépare la guerre”

    Dans l’optique d’une guerre conventionnelle de moyenne à haute intensité, il est admis qu’il faille entre 2 et 5 ans pour remettre à niveaux et préparer correctement une armée existante. Une estimation provenant de l’armée suisse, en réponse aux même questions que vous soulevez, déclare 15 à 25 ans nécessaires pour reformer une armée correcte.
    Maintenant imaginez-vous en 1850, 1900, ou 1920.

    >>Il est possible que la Terre soit frappé par un
    >> astéroïde, investissons nous pour autant dans la
    >> défense anti-astéroïde? Non, l’existence d’un
    >> risque ne suffit pas à justifier une mission

    Comparer la probabilité d’une guerre avec la probabilité d’une frappe d’astéroïde, et l’utiliser comme justification est tout simplement absurde (et décevant de la part d’une personne intelligente comme vous)

    >> elle (L’URSS) avait des moyens sans commune
    >> mesure avec la Russie actuelle

    Une simple observation de l’actualité vous montrera que la Russie se réarme de manière significative, en quantité et en qualité. Et si le nombre n’est plus à la hauteur de l’URSS, il faut tenir compte que la plupart des armées occidentales on également vu le taille diminuer de manière drastique.

    >> Nous n’avons aucune obligation politique ou
    >> morale de nous intéresser à leur sort

    Une affirmation intéressante pour un pays pro-européen comme la France😉

    >> la France n’est pas plus dépendante que d’autres >> Etats du commerce maritime. En fait, elle est
    >> sans doute moins dépendante que d’autres

    Quand 80% des produits de consommation courante ET alimentaires proviennent d’autres continents ? vous êtes sérieux ?

    >> Enfin, il reste la très coûteuse dissuasion
    >> nucléaire, vache sacré du débat français.
    >> Est-il aujourd’hui gadget plus inutile?

    L’arme nucléaire n’est pas une arme militaire, mais politique. Elle s’inscrit dans un autre contexte.

  2. Bonjour,

    Votre billet se veut iconolaste, dont acte.

    Dans votre billet, vous oubliez les missions de service publique des armées : sauvetages en mer, pompiers, renseignement, assistance en cas de catastrophe, évacuation des ressortissants, police de l’air et des approches maritimes, etc.

    Vous oubliez de mentionner que nous n’avons aucune menaces à nos frontières parce que nous sommes trop forts pour être sérieusement menacés en raison de :
    – nos alliances collectives (OTAN, Europe)
    – notre position de force à l’ONU (qui n’est pas la conséquence de notre éventuel esprit éclairé !)
    – notre dissuasion nucléaire (assurance sécuritaire : demandez à l’Iran, à Israël ou à la Corée du Nord)

    Par ailleurs, votre billet sur la défense peut être étendu avec des arguments similaires à tous les ministères.

    Cordialement,

  3. @Seb

    « Quand 80% des produits de consommation courante ET alimentaires proviennent d’autres continents ? vous êtes sérieux ? »tss, tss bien entendu que je suis sérieux.Y aurait-il une raison d’en douter?

    Ce que je voulais dire par là, c’est que le risque maritime est systémique. Il concerne l’ensemble des acteurs et la France n’est pas plus visé qu’un autre État. Il serait absolument vain d’attaquer les navires à la sortie d’un port français dans l’espoir de faire subir une grave menace à l’économie française. Nos ports sont aussi hollandais, belges, italiens et ainsi de suite. De ceci il suit qu’une menace réellement grave concernera tout les États européens voir sans doute au delà vue l’importance économique du bloc européen. Autrement dit, on trouvera toujours un lampiste ayant encore plus intérêt que nous à régler le problème.

    « L’arme nucléaire n’est pas une arme militaire, mais politique.  » Quelle est la signification politique d’une arme inutilisable? Nous dissuadons peut être le nucléaire. Mais cette mission proviens justement d’une conception extensive du rôle de la France.Il y a d’autres options.

    « Une affirmation intéressante pour un pays pro-européen comme la France ;) » Précisément, ce billet ne porte pas uniquement sur les moyens mais bien entendu aussi sur les fins. Pourquoi l’OTAN? Pourquoi l’UE? Pourquoi un rôle mondial?

    « Une simple observation de l’actualité vous montrera que la Russie se réarme de manière significative, en quantité et en qualité. » Peu importe, fondamentalement c’est le problème des Allemands et des européens de l’est.

    Bref, l’ensemble de notre conception de la défense est sous-tendu par un certain nombre de supposition. Ces suppositions sont celles soulevés par SD. L’OTAN ,notre position de grande puissance au sein de l’ONU et notre dissuasion participent à notre sécurité.

    Laissons de coté le débat de la dissuasion qui relève souvent de la théologie.

    Bien entendu que l’OTAN contribue à notre sécurité, mais ce n’est pas la question. La question est faut-il contribuer à la sécurité de l’alliance. Pourquoi? Il est établit que d’autres ont de toute façon intérêt à le faire à notre place(les pays frontaliers de la Russie ou à proximité, les USA, etc). Rien ne nous oblige à payer le ticket du voyage si l’entrée est gratuite.

    Quand à notre position à l’ONU, celle-ci nous expose tout autant qu’elle nous protège.La volonté de jouer un rôle mondiale expose à des risques que la suisse évite très bien.

  4. Nous ne tomberons pas d’accord et ce n’est pas grave.
    Le désarmement est un dilemme. Un exemple pour comprendre le mécanisme : http://pourconvaincre.blogspot.com/2009/05/le-dilemme-du-prisonnier-si-vis-pacem.html
    Par ailleurs, la Suisse joue un rôle mondial au titre des organisations internationales qui y ont leur siège ( http://geneve.suisse-blog.ch/112/les-sieges-des-organisations-internationales-a-geneve/ ) et dispose d’une armée défensive remarquablement équipée. Mais, c’est un autre sujet, je vous l’accorde volontiers.
    Cordialement

  5. J’hallucine quand je lis des articles pareils…

    Comparer le risque d’un asteroide avec le risque d’un conflit arme…! On est au cafe du commerce ou quoi?

    Le monde n’a plus beaucoup de petrole et de resources naturelles, est surpeuple et le changement climatique mettra une bonne partie du monde dans une instabilite profonde du aux penuries alimantaires…
    Les luttes d’influence entre les pays emergents entre eux ainsi qu’avec l’occident ne vont que s’accentuer…
    Les pb du moyen orient ne sont toujours pas regles.
    ect ect
    De plus qu’on le veuille ou non le domaine militaire reste important en terme d’influence: voir la montee en puissance fulgurante des pays emergents en la matiere.

    Bref on est de retour au XIX eme.

    De plus nous avons une obligation morale d’equiper les soldats qui servent dans nos armees et le budget de 1.3% du PIB n’est pas de trop pour cela.

    Et puis l’argument: laissons les autres faire le boulot + « Nous n’avons aucune obligation politique ou
    morale de nous intéresser à leur sort » est morallement reprehensible.
    N’avez vous aucun sens des reponsabilites et d’estime pour vous meme??? Le chacun pour soit et dieu pour tous doit il devenir la norme???

    Conclusion:
    Cet article represente bien la societe post moderne qui ne pense qu’a vivre une vie materialiste et insouciante.
    Le probleme de cet article est phisosophique.
    Les europeens sont reveurs et vivent dans un monde (qu’ils persoivent comme) post historique.

    Strategiquement cet article est leger, mais il montre bien la decadance philosophique des europeens. Bref profiter de la vie sans aucun sens de l’honneur et des responsabilite. Face au vide de sens, les europeens cherchent le plaisir materiel qui est en fait une impasse.

  6. « Comparer le risque d’un asteroide avec le risque d’un conflit arme…! On est au cafe du commerce ou quoi?  »

    Comme quoi, tout se discute….🙂

  7. …Nous tenons là le nouveau « Daladier »…..tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil!!!!navrant!!

  8. @ZI:

    Si je résume et comprend bien votre réponse, ainsi que le message initial, il me semble que votre position repose entièrement ce postulat:

    -> Quelque soit le risque il impactera d’autres nations, donc laissons-les faire le travail, et restons au chaud.

    Les investissements militaire sont le fruit de décisions politiques et du rôle que l’État veut faire jouer à la France dans le monde.
    Vous ne vous attaquez pas aux causes (la politique), mais aux conséquences (l’armée)… je vous laisse seul juge de l’intelligence de cette démarche.

    Quand à la Suisse, sa politique n’est possible que parce qu’elle ne coure aucun risque sur son territoire. Et ses forces armées y contribuent.
    Les récents évènements ont amené la Libye à proposer devant le conseil de l’ONU de démanteler la Suisse (en diplomatie, on est proche de la déclaration de guerre, même si cela vient d’un dictateur à moitié fou). Les intérêts européens en Libye (pétrole, économie, politique) sont tels, que je suis heureux que la Suisse possède une armée importante proportionnellement (ex: l’Allemagne possède 457 chars Leopart II, la Suisse 370), rendant quasi-impossible une tel escalade.

  9. Oh mais je ne sépara pas du tout les deux( bon d’accord, le titre du post pourrait donner cette impression). Vous avez tout à fait raison, les moyens et les fins sont liés. Ce qui doit nous conduire à nous interroger sur la politique actuelle. On peut renverser le problème. La France dépense t’elle suffisamment pour que ces forces armées puissent remplir les missions assignées? Peut être que l’équilibre actuel n’est pas optimal?

  10. @ZI

    Ce n’est pas parce que la violence diminue que la stratégie militaire et ses moyens perdent de leur valeur au point d’être inutile.

    La stratégie est une méthode pour user de la force (pas forcement violente!) pour atteindre un but politique (offensif ou défensif) en contraignant un adversaire.

    Il est vrai que (heureusement pour nous!) la violence a diminué avec les âges. Le nombre de personnes tues est une donnée physique quantifiable. Mais comme disait Foch, les facteurs moraux sont plus importants que les facteurs physiques. A la fin des fins, il ne s’agit pas de créer des dommages physiques mais bien de créer un effet psychologique pour contraindre l’adversaire. Bref la fin est psychologique et ensuite politique mais les moyens peuvent être physiques (violents ou pas).

    Tout ca pour dire qu’un niveau de violence moindre permet d’avoir un effet politique plus important que par le passe: L’évolution dans le temps entre la violence et l’impact psychologique est inversement proportionnelle. D’ailleurs peut être qu’à l’avenir, la stratégie militaire pourrait atteindre des effets politiques avec des armes presque quasiment non létales.

    Le fond de ce premier argument c’est que la stratégie n’est pas forcement couplée au niveau de violence et que l’emploi des forces armées n’est pas forcement de vive force. L’existence d’une force est un impact psychologique en soit et par conséquent a une portée politique utile pour la sécurité et l’influence d’un pays. Par exemple:

    Usage limite de la violence: Les terroristes créent des dégâts physiques qui restent assez faibles mais ils ont un impact psychologique fort qui a des effets politiques: réduction des libertés individuelles au nom de la lutte contre le terrorisme… avec toutes ces dérives sur le bon fonctionnement de certaines sociétés. Voir les USA…

    Existence d’une force sans violence: Les USA sont très influents en Europe de l’Est (plus que nous…) pour des raisons historiques (chute de l’URSS) et aussi par ce que ces états sont faibles militairement et ont assez peur de la Russie: Celle ci coupe le gaz et mène des attaques informatiques et même si elle n’ira certainement pas jusqu’a les envahir, elle crée une certaine appréhension dans ces pays qui veulent donc garder un partenariat fort avec les USA via l’OTAN. Pour l’Europe de l’Est: « l’Europe est garante de notre prospérité et les USA de notre sécurité » face aux menaces réelles ET imaginaires. Tant que les européens n’offre pas le même degré de sécurité psychologique que les USA a ces pays, ils s’aligneront sur la politique étrangère des USA avec tout ce que cela implique pour nous, nos projets et nos intérêts.

    La puissance militaire a donc un impact important sans même être utiliser de façon violente.
    Voir aussi la doctrine « fleet in being » des britanniques au XIX ou aussi la dissuasion actuelle.

    Voici un deuxième argument qui porte sur le cout économique:
    La nécessite de violence n’est plus acceptée donc pour atteindre un but politique par la stratégie il faut savoir doser la force et user de nouvelles méthodes et outils (media, informatique, possession de renseignements…). Ces outils donnent à la connaissance une dimension prépondérante et cette connaissance coute cher.

    La connaissance s’exprime dans les technologies employées, dans la formation du personnel pour les utiliser, ainsi que pour comprendre les tactiques et maitriser les outils culturels (langues, media, économie…) indispensables aux missions contemporaines complexes. (Voir aussi le concept de « caporal stratégique »).

    Bref la stratégie est toujours lie a la violence bien qu’elle s’en éloigne pour ce rapprocher de l’intelligence. Par ailleurs, le sang est remplacé par l’argent nécessaire pour se payer cette intelligence. Par conséquent, ce n’est pas parce que le niveau de violence a baisse que les dépenses nécessaires pour gérer ces violences a baisse tout autant. Cela est d’autant plus vrai que le cout et les équipements et personnels nécessaires a la réussite des missions dans ces conditions exigeante augmente beaucoup plus vite que la taille de l’économie et même donc a une diminution de la taille des armées dans des missions éparpillés nécessitant des présences plus ou moins prolongées.

    Voici donc deux arguments sur l’utilité et le cout de la force aujourd’hui. Cet argumentaire mériterait d’être complété mais c’est assez pour une foi. Lol

    PS : les européens seront dans l’Histoire qu’ils le souhaitent ou non; mais soi ils choisiront, soi ils subiront, ce qui ce passe autour d’eux. Pour choisir on ne peut jamais adopter de mentalité du style : « Je mets la tète sous le sable et les autres font le boulot ».
    Et dans notre petit monde mondialise ce qui se passe a l’extérieure fini souvent par avoir un impact intérieur.

  11. La démilitarisation est le choix fait par quelques Etats, ce n’est donc pas une option absurde.

    Observons ce qui ce passe en Islande : présence durable d’armées étrangères (US puis GB et France) pour assurer la sécurité collective du territoire et prévenir les violations de l’espace aérien et maritime).

    N’oublions pas que la France ce n’est pas que votre rue, il y a environ 2 millions de français à l’étranger, que les ambitions de nos voisins (notre plus longue frontière terrestre est celle avec le Brésil) sur certaines parties de notre territoire ne sont pas un secret, que les aggressions sur les systèmes d’informations augmentent, etc.

  12. Ouarfff ! Quelle excellente provoc !
    Une fantaisie de l’été : tu aurais dû la publier sur AGS, puisque c’est le thème du mois.
    Puisqu’on est dans la facétie, on pourrait ajouter ceci : si on n’a pas d’armée sur son territoire, quelqu’un en mettra une.

    Plus fondamentalement: adopter la tactique du passager clandestin est efficace si on est le seul, si ça ne voit pas pas trop, et si on est un petit, ce que font tout un tas de pays d’Europe avec l’Otan ( ce qui pose problème parce que ça se voit). ça marche moins quand on est un grand pays (arme nucléaire et siège au CSNU) : alors, le signal de la débandade est donné, chacun veut lui aussi « faire des économies », d’où égoïsme universel, d’où on ne peut plus compter sur les voisins, d’où la défiance s’installe, d’où les risques s’accroissent. En fait, paradoxalement, la défense est une mesure de confiance….
    EGEA

  13. Franchement pour quelqu’un qui se prétend spécialiste de géo-stratégie cet article est affligeant de déni sur la Réalité du monde et les mécanismes rivalitaires de la Nature humaine.
    C’est bien la pensée d’un enfant gâté bien a l’abri de la violence du monde qui n’a à se préoccuper que de son petit confort, un pur produit de l’individualisme de la société de consommation et du culte de la satisfaction des désirs,c’est à dire des hommes sans dimension, sans honneur, sans responsabilités et sans valeurs. C’est ce genre de naïfs qui pavent le futur Enfer de nos enfants de leurs bonnes intentions… comme d’hab !

  14. encore une réflexion d’un chrétin qui ne sait pas que si il est pénard chez lui c’est parcqu’ils y a des hommes qui défendent son conford au quatre coin du monde……..

  15. Les nombreuses fautes d’orthographes ne sont malheureusement pas les seuls témoins de la faiblesse, que dis-je l’indigence intellectuelle de l’auteur.
    Pour quelqu’un de Gauche,comme moi, cet antimilitarisme ridicule,dont les partisans ignorent grâce à qui et à quoi ils peuvent vivre confortablement, ne pensant qu’à consommer toujours plus, dans une grande puissance démocratique,à l’Histoire séculaire, et singulière (dont ils ignorent tout); cet antimilitarimse là, à ne pas confondre avec le combat pacifiste, qui lui doit être mené, met à mal la crédibilité et est contraire aux valeurs de la Gauche, celle de Clemenceau, d’Hessel, et d’autres.

  16. bonjour je suis en ecjs j’aimerai que vous me donniez un avis clair et précis sur « la france a-t-elle encore besoin d’une armée » beacoup de site disent la meme chose j’aimerai que vous m’eclairiez un peu plus sur ce sujet .Vous m’avez l’air plus competant que les autres personnes sur les autres site

  17. Nous n’avons effectivement probablement pas besoin d’une armée française… mais d’une armée européenne !

    Votre constat – une armée française coûte cher – est juste. Mais votre raisonnement et vos conclusions sont pour le moins douteuses.
    Comment, lorsque nous sommes membres de l’Union Européenne, avec frontières communes, pouvez-vous dire que le sort des autres territoires de l’UE ne nous concernent pas ?

    Notre destin est européen, nos frontières sont européennes : l’Ukraine est à notre frontière !
    Nous devons donc optimiser à la fois le coût, l’efficacité et le symbole de notre armée : celle-ci doit être un effort partagé par tous les Européens et être européenne.
    Cet article l’explique mieux que moi :
    http://www.lexpress.fr/actualite/oui-a-l-armee-europeenne-proposee-par-jean-claude-juncker_1659456.html

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s