L’armée américaine en déclin?

Absence de réflexion stratégique, politicisation et carriérisme seraient les maux qui minent l’armée américaine aujourd’hui d’après cet article de World Affairs.

7 commentaires sur « L’armée américaine en déclin? »

  1. Les deux maux sont hélas courant dans une armée mais  »l’absence de réflexion stratégique » est une accusation infondé à mon avis. Voir le nombres de publications sur les scénarios les plus divers, d’une guerre totale avec la Chine aux risques internes aux États Unis en passant par la protection des frontières face à la guerre des Narcos au Mexique.

  2. Sur deux points.

    Bien d’accord avec Frédéric: l’armée américaine (et les molécules qui gravitent autour) est en pleine effervescence pour la réflexion (aujourd’hui un peu plus de tactique mais comme hier toujours beaucoup de stratégie. Production en veut pas dire découverte de la vérité absolue.

    Pour la politisation: deux raisons à mon avis. En COIN plus qu’ailleurs il faut « convaincre la population ». Il est alors nécessaire d’y croire au moins un peu pour transmettre aux autres. Donc une foi quasi mystique du militaire US en leur mission parfois plus guerrier que soldat. Ensuite à force d’entendre dire qu’il n’y a pas de solution militaire en Irak ou en A-Stan, mais qu’elle est politique (pour simplifier), la tentation est grande de s’investir dans cette solution politique en se politisant. C’est pas du niveau fin de la guerre d’Algérie et ce n’est pas les mêmes schémas d’abandon, mais certaines idées ne sont pas si dissemblables.

  3. La critique de l’article portait essentiellement sur la plan stratégique sur l’incapacité des militaires à prévoir la suite des opérations après l’invasion. Si les civiles n’ont pas aidés, il est difficilement contestable que le commandement a lui aussi eu des faiblesse. Il pointe aussi l’exemple de l’utilisation de consultant pour concevoir une stratégie « contre le terrorisme ».

    Bon dans l’ensemble je suis d’accord avec vous mais bon c’est vrai que sur le plan stratégique le début des années 2000 ne laisse pas un souvenir impérissable.

    Son argument sur la politisation de l’armée en revanche mérite qu’on s’y attarde. Il est assez étrange, en gros il estime que les militaires sont là pour exécuter, qu’ils peuvent conseiller mais que jamais un militaire même à la retraite ne devrait prendre publiquement la parole sur des questions militaires. Il pointe aussi l’exemple de Petraeus transformé en star médiatique comme une tendance inquiétante.

    Bon globalement je le trouve pas super convaincant mais bon, interessant quand même.

  4. Dans quasiment tout les pays, méme dans la  »grande muette », ceux qui ont tenu de hautes fonction militaires s’expriment dans la presse spécialisé.

    Je ne vois pourquoi les généraux US seraient tenu au silence.

  5. PS: Concernant  »l’après guerre », il me semble que ceux aux politiques de préciser aux militaires leurs désideratas.

  6. Pour l’absence de réflexion stratégique, on aimerait etre simplement au niveau de cette absence!
    Pour la politicisation et le carriérisme on echappe à la politisation, sommes aussi mauvais pour le carriérisme et battons les records pour le corporatisme et l’immobilisme.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s