« Nos » soldats ou leurs « civils »

Un article interessant sur le problème de non-combattant. La question est claire faut-il accorder une priorité plus grande à nos soldats plutôt qu’à la protection des non-combattants? La réponse est intéressante et assez « rigoriste ».

Whatever Israel deems acceptable as « collateral damage » when its own captured citizens are at risk—that should be the moral limit in the other cases too. If, as an Israeli, you think that a military operation will cause excessive harm to Israeli civilians, you should have equal concern for the excessive harm done to other civilians, whether they are welcome guests, unwelcome guests, or enemy noncombatants. The rules of engagement for Israeli soldiers are the same in all the cases, no matter how they feel toward the different groups. And if they observe those rules, and take the morally necessary risks, responsibility for the deaths of Hezbollah’s human shields—in all the cases—falls only on Hezbollah.

[…]

There is nothing unusual in this demand, and nothing unique to Israel. When soldiers in Afghanistan, or Sri Lanka, or Gaza take fire from the rooftop of a building, they should not pull back and call for artillery or air strikes that may destroy most or all of the people in or near the building; they should try to get close enough to the building to find out who is inside or to aim directly at the fighters on the roof. Without a willingness to fight in that way, Israel’s condemnation of terrorism and of the use of human shields by its enemies rings hollow; no one will believe it.

Les non-combattant ont donc autant de valeur quelques soit leur nationalité et éviter ces morts justifient que les soldats prennent des risques supplémentaires.  Position éthique qui a le mérite de la cohérence mais qui laisse tout de même assez songeur. En réalité un commandant militaire a t’il jamais réellement au sérieux l’idée que ses soldats(citoyen du pays qu’il doit défendre) doivent prendre plus de risque que nécessaire pour éviter la mort de non-combattants? Il y a lieu d’avoir des doutes là dessus, l’actualité afghane où les bombardements aériens restent fréquents malgré les risques connus et avérés. L’affaire est d’autant plus intéressante qu’en Afghanistan, il y a une certaine part d’irrationalité dans cette méthode puisque ces bombardements sont perçues très négativement par la population locale et mettent donc en péril le succès même de l’opération.

Aussi louable et cohérente que soit la position des auteurs, il est donc douteux qu’elle soit réaliste.



3 commentaires sur « « Nos » soldats ou leurs « civils » »

  1. « Nos » soldats et « leurs » civils

    « Nos » civils et « leurs » soldats.

    Qui est « nos » qui est « leurs » What iz ze question.

  2. Durant la Libération de la France en 1944, nous avons eu quasiment autant de civils morts que durant l’Invasion de 1940. Il faut vraiment réfléchir à la question…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s