Nihil novi sub sole

Un certain 2 juillet 1934

Posted in Uncategorized by ZI on août 24, 2013

De l’intérêt très relatif de posséder une armée de l’air indépendante: America does not need the air force.

Tagged with:

Their finest hour

Posted in Uncategorized by ZI on août 24, 2013

image007Achevé la lecture de Most Dangerous Enemy, une histoire complète de la bataille d’Angleterre. On y découvre quelques points qui méritent réflexion:

  • Les allemands n’ont jamais eu de stratégie véritablement cohérente pendant l’été 1940. Le conquête du ciel était un préalable indispensable à toute opération que ce soit une invasion ou un siège en règle de l’île. Or ils n’ont jamais eu une idée précise de la manière d’atteindre cet objectif. Leur stratégie s’est résumée de juillet à septembre à tenter d’attirer dans les airs un maximum de chasseurs anglais dans l’espoir de les éliminer. Cette stratégie d’attrition était vouée à l’échec. En septembre 1940, la RAF comptait 20% de pilote de chasse de plus par rapport à 1940. L’Angleterre produisait des chasseurs et des pilotes plus vite que la Luftwaffe pouvait en détruire ou tuer.
  • Cet absence de stratégie s’explique en partie par la médiocrité du renseignement allemand qui sous-estima constamment la production industrielle adverse et fut incapable de comprendre le fonctionnement des défenses anglaises. Si les radars et les aérodromes sont visés en septembre 1940, c’est comme un moyen d’attirer les chasseurs anglais dans le ciel et la méthode sera vite abandonnée au profit de bombardement au-dessus de Londres. Quoiqu’il en soit à aucun moment les dommages contre les stations radars et les aérodromes ne purent substantiellement amoindrir les capacités de la RAF.
  • Le rapport de force dans les airs était loin d’être aussi déséquilibré qu’on ne le pense. Là où les allemands pouvaient envoyer 500 chasseurs Me-109 pour escorter un raid massif, la RAF alignait sur l’ensemble du territoire plus de 600 Hurricane et Spitfire.
  • Le rapport de force était d’autant mieux égalisé que la RAF avait organisé dès la fin des années 30 un véritable système de défense aérienne intégré alliant radars, observateurs au sol, bases aériennes et centres de commandement et de contrôle, le tout distribué sur l’ensemble du territoire.
  • La Luftwaffe faisait face au problème traditionnel de l’attaquant, il faut non seulement défaire l’ennemie mais en plus conserver des forces pour exploiter la victoire. La RAF n’avait qu’une seule chose à faire, difficile certes mais pour laquelle elle était préparée, survivre. Or le rapport de force n’a jamais été suffisamment déséquilibré pour permettre cela. Il aurait fallu que la chasse allemande atteigne un ratio de 5 victoires contre 1 perte pour détruire la RAF et conserver une force suffisante pour la suite des évènements. La Luftwaffe n’avait ni le nombre, ni la supériorité technique (pilotes et machines) pour atteindre un tel ratio.
  • Rétrospectivement et même si les contemporains n’en avaient pas conscience, il aurait été surprenant que la Luftwaffe remporte la bataille d’Angleterre. Les anglais avaient les avantages d’un défenseur bien préparé et les allemands étaient incapables d’atteindre la supériorité numérique en chasseur nécessaire pour l’emporter dans le meilleur des cas. Belle démonstration de la supériorité de la défense sur l’attaque, Clausewitz aurait été content.

Eviter la grande guerre?

Posted in Uncategorized by ZI on août 21, 2013

La lecture de 1913 et de Guns of August  durant l’été conduit inévitablement à se poser cette question. Elle aura fait couler beaucoup d’encre depuis un siècle, chaque génération d’historiens y allant de sa nouvelle interprétation.

La mode est aujourd’hui à porter l’accent sur les contingences historiques et d’éviter de  juger une époque en fonction d’évènements ultérieurs, c’est précisément l’exercice auquel nous invite le passionnant 1913: In search of the world before the Great War.

Néanmoins, il reste difficile d’imaginer une fin différente à cette belle époque qui court de 1870 à 1914. Quelques raisons:

  • La diplomatie européenne reposait depuis au moins 1714 et la fin de la guerre de succession d’Espagne sur le principe de l’équilibre, les conditions de cet équilibre était gravement compromises par l’émergence d’un empire allemand unifié capable à lui seul de tenir tête à toute les grandes puissances européennes.
  • Cet équilibre était d’autant plus vulnérable que l’hostilité franco-allemande le privait d’une bonne partie de sa souplesse. En effet quelque soit la combinaison diplomatique, la France et l’Allemagne devaient se trouver dans des camps opposés.
  • Il n’existe pas d’hostilité fondamentale à la guerre, malgré la mondialisation et l’adoucissement progressif des mœurs (création de la croix rouge en 1859, de la Cour permanente d’arbitrage de la Haye en 1899, etc…). La guerre reste un mode de règlement des conflits acceptables. Toute les nations européennes sont traversées par des courants intellectuels bellicistes. On a peine aujourd’hui à imaginer la fascination qu’exerce la violence sur une partie des élites intellectuelles :« Nous voulons glorifier la guerre- seule hygiène du monde- le militarisme, le patriotisme,le geste destructeur des anarchistes, les belles Idées qui tuent, et le mépris de la femme. » (Marinetti, le manifeste du futurisme, tribune publiée dans le figaro le 20 février 1909) Ce genre d’élans lyriques n’est pas le fruit de quelques illuminés mais représentent une force bien présente en 1914. Si la guerre a eu lieu, c’est aussi parce qu’on la voulait.
  • Les Balkans étaient une source de rivalité constante entre la Russie et l’Autriche-Hongrie, rivalité qui prend un aspect existentiel pour l’empire des Habsbourg. Il n’a sans doute jamais été très crédible qu’une guerre générale éclate autour d’une obscure affaire coloniale comme le Maroc ou Fachoda. Mais les nationalismes balkaniques, parce qu’ils remettaient en cause in fine le principe même de l’existence de l’Autriche-Hongrie, posaient  un problème beaucoup plus grave.

Pour saisir l’ampleur de la difficulté, on peut se demander qu’aurait-il fallu faire pour éviter la guerre:

  • Il aurait fallu que le nouvel empire Allemand ne cède pas à la tentation d’annexer l’Alsace-Lorraine, assurant ainsi, comme Bismarck l’avait prévu, l’hostilité constante de la France.
  • Il aurait fallu que l’Autriche-Hongrie et la Russie parviennent à un accord sur leur zone d’influence respective dans les Balkans.
  • Il aurait fallu que Guillaume II abandonne le projet absurde de doter l’Allemagne d’une flotte capable de rivaliser avec la Royal Navy, garantissant l’hostilité anglaise.
  • Il aurait fallu éviter la rupture entre l’Allemagne et la Russie et donc l’alliance austro-allemande qui entraînait nécessairement cette dernière dans les querelles balkaniques.

La liste pourrait être bien plus longue encore. L’erreur la plus facilement évitable était très certainement la création de la Hochseeflotte. Cette lubie de l’empereur Guillaume II ne répondait pas à aucune nécessité stratégique, l’Allemagne avait peu de colonie, leur importante économique était toute relative et les places étaient déjà prises par les grands empires français et anglais. Malheureusement, les élites politiques allemandes ne l’ont pas vu ainsi.

Tagged with: ,

L’Avenir d’Israël

Posted in Géopolitique by ZI on janvier 4, 2011

Parce qu’il faut bien s’occuper un peu, parlons d’un marronnier.

Israël en raison de sa situation géographique et politique est voué par nécessité à une existence relativement courte. Relativement, car évidemment toute construction humaines est vouées à disparaître. Ainsi la France, nous pouvons en être sûr disparaîtra, ses pierres seront des objets de musées, des antiquités vénérables mais rien de vivant. Que ce sort soit inévitable n’enlève pas d’intérêt à la question du quand ? Les entités politiques disparaissent plus  ou moins vites et peuvent même se réincarner à travers les siècles. L’espérance de vie de la France n’est pas nécessairement la même que celle du Koweït.

Il existe d’excellentes raisons de penser que celle de l’Etat d’Israël sera particulièrement courte comparée à d’autres expériences. L’Israël qui nous intéresse a été fondé en 1948 par des juifs d’origine européenne.  Nous ne nous intéressons pas ici à l’idée d’Israël dont la longévité dépasse très largement l’Etat lui-même, ni aux entités politiques qui se sont par le passé appelées de même, ou se sont revendiquées dans la même lignée biblique. Il n’est pas question de parler de la religion ou du peuple juif, des idées qui existaient bien avant 1948 et survivront sans doute très longtemps après la mort de leur champion étatique.

Qu’est-ce qu’Israël ? Répondre à cette question c’est réponse à la question du quand ? C’est d’abord un territoire. Entre le Sinaï au sud, et les monts du Taurus au nord, s’étend une fine bande de terres fertiles le long de la méditerranées coincé entre mer et désert.  C’est une région peuplée et civilisée (comprendre urbanisée) depuis la plus haute antiquité,  aujourd’hui recouverte par le vocable « Proche-Orient » mais quand des temps plus anciens, on a appelait tout simplement la « Syrie ». Au sud, elle s’ouvre sur le Sinaï et par là l’Egypte, au nord elle est ouverte sur la Mésopotamie et l’Anatolie. Ni le désert ni les montages n’ont été des obstacles pour les envahisseurs du nord et du sud. Le destin des entités politiques syriennes a été toujours au cours des siècles d’être dominé par des empires extérieurs.  L’histoire de cette région est donc celle des dominations successives des divers empires égyptiens, anatoliens et mésopotamiens.

C’est le grand problème des incarnations successives d’Israël à travers l’histoire, cette bande de terre fertile est non seulement riche mais cette aussi la zone naturelle d’expansion de l’Egypte et des empires du nord. Il n’est pas de plus belle illustration que la bataille de Kadesh, dans l’actuel Liban, qui opposa le pharaon Ramsès II aux Hittites d’Anatolie.  Pendant des siècles, l’Egypte à travers ses divers maîtres à tenter d’imposer sa domination  en Syrie face aux empires du nord. Jusqu’à la conquête perse au VIeme sicèle avant JC, l’histoire de la Syrie est liée aux avancés et recules de la puissance des pharaons. Au nord, Hittites, Assyriens, Néo-babyloniens et Perses sont les diverses incarnations des empires du nord ; franchissant le Taurus ou passant par les routes caravanières de Syrie ; ils dévalent la plaine  le long de la mer vers l’Egypte.

Coincé entre ces grands empires continentaux, cette région n’a que rarement eu une existence indépendante. C’est le pays des cités soumis au tribut prélevé par le conquérant du jour, l’histoire contée par la Bible n’est pas très différente de celles des cités phéniciennes sur ce plan là. Si les prédécesseurs géopolitiques d’Israël ont pu exister ce n’est jamais autrement qu’en profitant de la faiblesse provisoire des grands empires.

C’est grâce à à la faiblesse de  l’Egypte et de tous les autres grands empires  de la région après la grande crise de la fin du deuxième millénaire, qu’un Israël  peut imprimer sa marque dans l’histoire dans les premiers siècles  du premier millénaire avant JC. C’est grâce à la faiblesse de l’Egypte ptolémaïque et des séleucides que le royaume de la dynastie Hasmonéennes prospère. Enfin, 1500 ans plus tard, les Etats latins d’Orient, qui ont une fonction géopolitique identique à l’Israël antique,  vont prospérer pendant un siècle sur la faiblesse et la division des grands empires musulmans. Saladin, à partir de l’Egypte, mettra fin à cette aventure en constituant un empire capable de dominer la région.

Les circonstances des créations d’Israël sont en 1948 sont remarquablement similaire aux croisades, là encore il est question d’immigration et de colonisation européennes dans un contexte de faiblesse régionale.  Sortant à peine de la décolonisation et divisés, les arables sont incapables d’empêcher la création du nouvel Etat.

Depuis 60 ans Israël survit non pas parce qu’il est plus fort mais parce que ses voisins sont anormalement faible comparé à leurs ressources matérielles et démographiques dont ils disposent. La question est combien de temps cette situation durera ? A l’échelle humaine peut être encore longtemps, mais à l’horizon 2100, il paraît profondément douteux que l’évolution du contexte global, le déclin relatif de l’occident et la monté du reste, permette de à cette anomalie de subsister longtemps.

Aujourd’hui comme hier, ce n’est pas le désert libyen qui constitue l’ère d’extension naturelle de l’Egypte mais la plaine du pays de Canaan.

 

Tagged with:

Vagues considérations sur la tribu afghane.

Posted in écume des jours by ZI on août 26, 2010

Il est fréquent d’entendre dire, encore récemment, que l’Afghanistan est une “société tribale”. Toutefois, dire que la société afghane est organisé par les tribus posent problème sur deux niveaux. Le premier c’est que cette information, le caractère tribal de l’Afghanistan, ne nous dit rien si nous ne pouvons pas déterminer plus avant les caractéristiques qui découlent de cet état. Enfin, deuxièmement, dire que l’Afghanistan est une société tribale peut conduire à négliger les formes d’organisations qui précisément ne relève pas du vocable “tribale/tribu”, surtout si ces termes sont en réalité mal compris et mal définis.

Quelques remarques, donc, sur l’organisation de la société afghane. Ce blog ne se consacre pas à l’anthropologie qui est malheureusement très éloigné des préoccupations habituelles en ces lieux. Mais des anthropologues s’intéressent depuis longtemps à l’Afghanistan. C’est dommage car ils ont des choses à dire sur l’Afghanistan.

Voici quelques chemins d’exploration:

Tout d’abord, il faut s’entendre sur ce qu’est une tribu. L’image que ce terme inspire, c’est celle d’un groupe humain soudé et hiérarchisé. Il y a un chef ou un groupe d’anciens qui ont autorité sur le groupe. La tribu dans un tel schéma est une unité politique manipulable. C’est l’exemple irakiens où la politique tribale américaine consiste à parler avec les sheikh qui sont sensés avoir une autorité sur un groupe de personne.La réussite dépend alors de la capacité des militaires à manipuler un chef ou un groupe de chefs qui ont effectivement une autorité.

Il en va tout autrement en Afghanistan. Tout d’abord, il faut savoir à quelle échelle géographique on s’intéresse, en effet les tribus sont divisés en sous-groupes puis éventuellement en sous-sous-groupes. Il n ‘existe pas de rapport hiérarchique entre ces groupes. Ainsi il est possible que le sous-groupe Y et le sous-groupe Z, respectivement des groupes A et B, soit en alliance contre un sous-groupe W rattaché au groupe A. Bref, savoir que tel individu  ou telle communauté appartiens au groupe tribal A ne vous renseigne pas nécessairement sur sa position sur l’échiquier politique.

Il faut aller plus loin, il n’existe pas de schéma pré-déterminé pour l’organisation d’une communauté, souvent un village. Il y a les anciens qui contrairement à ce que le nom suggère ne sont pas nécessairement les plus  vieux, ce sont surtout les personnages les plus riches et puissants de la communauté. Mais l’autorité et la légitimité de ces individus ne sont pas absolus. Il faut compter évidemment avec le mollah qui tient lui aussi son rôle qui pourra être positif ou négatif selon les circonstances locales et son orientation idéologiques. Enfin, il se peut que des membres de la communauté n’aient tout simplement pas envie de respecter les desideratas de ces “autorités”, d’autant plus facilement si le pouvoir est ailleurs.

Mais où?

Dans les partis politiques entre autre.Ce sont des organisations issus de la guerre contre les soviétiques, souvent crée à l’origine dans les camps de réfugiés au Pakistan à la faveur de l’affaiblissement des structures traditionnelles et de l’aide militaire/humanitaire occidentale.Le plus connu d’entre eux aujourd’hui est le Hezb-i-islami de Gulbuddin Hekmaktyar qui mène une guérilla dans l’est du pays. Mais le célèbre Massoud était aussi à la tête d’un partie de ce type. Ces partis ne sont pas tribaux mais peuvent utiliser les réseaux tribaux éventuellement. *

Enfin, il y a les “qwam” qui forment une sorte de  réseau de solidarité. Ils peuvent être tout et n’importe quoi, un groupe professionnel. par exemple (voir là pour plus de détail). Parfois ils sont politiquement dormant, parfois actif. Ils jouent un rôle sur l’échiquier politique qui ne se confond pas avec les réseaux tribaux.

La conjonction de ces éléments relativisent considérablement l’importance de la tribu, le fait même que les taliban ne se rattache à aucune revendication tribale ou ethnique doit rendre très prudent.

Ces quelques remarques sommaires et  imprécises (un véritable anthropologue m’aurait sans doute exécuté plusieurs fois)doivent convaincre que déclarer que l’Afghanistan est une société tribale, ce qui peut être vrai dans la mesure où il y a des tribus, risque de masquer une réalité beaucoup plus complexe et mouvante.

Pour en savoir plus: Ghost of Alexander.L’auteur de ce blog maintient une bibliographie considérable sur l’Afghanistan.

Tagged with: ,

Pour une puissance navale

Posted in Uncategorized by ZI on juillet 27, 2010

Trouvé via Information Dissemination: Strategic Thinking

The United States must place a premium on that element of its military power that is equally valuable in peacetime as it is in war, and that is sea power. When Great Britain chose to diminish its fleet, it did so because its land Army was already tiny in comparison (and dedicated to homeland defense).

We are not in a similar position today. While America’s land power is honorably engaged in Afghanistan and Iraq, it is the stated policy of the U.S. government to draw down from those wars, leaving an open question as to the future of the Army.

The American people are not likely to support another massive land war soon, and nine years of combat against largely irregular forces should raise doubts about whether resetting the Army makes strategic sense in the face of mounting budget pressure.

Given that American sea power includes a Marine Corps that, in the words of Defense Secretary Robert Gates, « exceeds the size of most world armies, » the right strategic decision for the United States is to accept more risk in the ability to fight extended land wars outside of its own borders and less risk in forces dedicated to the deterrence of adversaries, the assurance of allies, the maintenance of strategic balance and crisis response. In other words, sea power (and to a lesser extent, air power).

Sea power provides the president with scalable escalation and de-escalation options that do not rely on the permission or sanction of another government, a unique feature of the terrain upon, under, over and from which sea power operates.

Top Secret America

Posted in Uncategorized by ZI on juillet 19, 2010

pas encore regardé dans le détail, mais ça a l’air assez intéressant: une enquête du Washington Post.

The Influence of Sea Power upon History, 1660-1783

Posted in Stratégie by ZI on juillet 2, 2010

Il a déjà été question ici d’Alfred Taylor Mahan. Mahan est sans doute le plus connu des théoriciens de la guerre navale. Aujourd’hui vieux de plus d’un siècle, ses travaux restent pourtant riches d’enseignement.

En effet Mahan cherche à montrer à ses concitoyens l’importance de la puissance et les règles qui en encadrent l’exercice. Son ouvrage majeur, The « Influence of sea power upon history 1660-1783 », s’intéresse à la stratégie et ne touché que marginalement la tactique même s’il porte une attention particulière aux récits et à l’analyse des batailles.

Pour Mahan, l’objet fondamental de la stratégie navale est la maîtrise de la mer c’est-à-dire la capacité à faire usage de la mer et dénier son utilisation à son adversaire. Celle-ci peut être totale, c’est-à-dire s’exercer sur la totalité de l’espace considéré, ou locale, c’est-à-dire s’exercer sur une partie de l’espace de manière temporaire. Car quel que soit la finalité de la guerre, si celle-ci doit dépendre de la mer alors la seule manière de s’assurer du succès de l’entreprise est de la contrôler.

Mais comment s’assurer la maîtrise de la mer. C’est là qu’intervient la thèse centrale de Mahan et aussi la plus controversée. Pour l’américain, la maîtrise de la mer ne peut être obtenue que par la destruction de la force navale ennemie. Tant que celle-ci  ne sera pas détruite, tous les gains obtenus qui dépendent de la puissance maritime sont susceptibles d’être remis en cause. Pour lui, les opérations dans les caraïbes au cours du XVIIIème siècle en sont la plus claire démonstration. Il n’a de cesse au cours des 500 pages de son ouvrage de critiquer les stratèges, surtout français, qui considère les opérations navales sont soumises au déroulement des opérations terrestre et plus largement aux objectifs de la campagne. Si la flotte est nécessaire à leur succès, alors le meilleur moyen de réussir est de détruire tout affaire cessante les forces susceptibles d’empêcher la réussite de l’opération. C’est cette insistance sur la destruction de la force ennemie qui peut faire dire que Mahan est influencé par Jomini qui est d’ailleurs cité directement.

Mais pourquoi obtenir la maîtrise de la mer ? Quelles sont les caractéristiques qui rendent la puissance maritime si désirable ?

Bien entendu, nombre de campagnes militaires ont dépendu pour leur succès du ravitaillement venu de la mer. L’océan est bien souvent l’artère vitale par lequel passe les flux logistiques. Mais s’en tenir là, c’est toujours subordonner la puissance maritime au besoin de la puissance terrestre. A partir de l’étude historique des conflits de 1660 à 1783, Mahan entend aller bien au-delà. Selon lui, les effets dévastateurs de la puissance maritime sont souvent moins spectaculaires que les opérations terrestres. Ses effets sont plus insidieux et dans la durée. Grâce à la guerre de succession d’Espagne, Mahan montre comment la maîtrise complète de la mer a permis aux anglais de s’enrichir considérablement. Pour lui, la destruction du commerce français a causé l’asphyxie économique de la France, la condamnant à un effort épuisant pour tenir seul face à une coalition entretenu par la richesse du commerce maritime anglais. C’est par la mer que circulent les richesses du monde. C’est une thèse qu’il convient de méditer alors que 70% du commerce de la France dépend des océans. Nous vivons dans un monde guère éloigné de Mahan.

Mais cette insistance sur le rôle fondamental du commerce maritime n’aboutit pas à une remise en cause du principe central qu’est la destruction de la force adverse. Celui-ci reste premier et est la condition nécessaire au succès de toutes entreprises ultérieures. Là encore, l’exemple de la guerre de succession d’Espagne est très parlant. Alors que les corsaires français ravageaient le commerce anglais, jamais celui-ci ne fut plus prospère. Malgré la guerre et même grâce à elle, l’Angleterre s’enrichissait. C’est la preuve pour Mahan que la guerre de course, avec des corsaires au XVIIIème ou avec des sous-marins au XXème, n’est qu’une illusion.

On le voit, les thèses de Mahan nous interpelle encore aujourd’hui. Le développement de la puissance maritime chinoise ne suit il pas exactement la logique de Mahan ? Celle-ci suit le développement économique de la Chine, à mesure que ses ports s’ouvrent sur l’extérieur, que ses cargos partent toujours plus loin, les navires de l’APL derrière eux.

Tagged with: , ,

Comparaison ridicule

Posted in écume des jours by ZI on juin 25, 2010

Nombre de soldats américains tués au Vietnam: 58 000 morts

Nombre de soldats américains tués en Afghanistan: 1059 morts

Il faudrait créer un nouveau délit, la comparaison douteuse.

But it is now re-starting in earnest ten years in, dwarfing Vietnam in scope and longevity.

Mais cela recommence sérieusement après dix ans, écrasant le Vietnam en envergure et en longueur.

Tagged with:

Le siège éjectable Afghan.

Posted in Défense, Politique, Uncategorized by ZI on juin 24, 2010

Après McKiernan, c’est autour du général McChrytsal d’être éjecté du commandement de l’ISAF. Son profil paru dans Rolling Stone faisait état de commentaire passablement désobligeant vis à vis de divers personnalités au sein du gouvernement américain. Le Vice-président Joseph Biden se voyait reproché ses sorties intempestives; Karl Heikenberry, l’ambassadeur des États-Unis à Kaboul, en prend pour son grade aussi, de même que l’envoyé spécial pour le Pakistan et l’Afghanistan, Richard Holbrooke. Par ailleurs, le président Obama quoique relativement épargné n’en sortait pas grandi. Une critique en règle et en publique de l’ensemble des décideurs civils (à l’exception d’Hillary Clinton au département d’Etat)  qu’elle soit du fait de McChrystal lui-même ou de ses conseillers pouvait difficilement passer. Car critiquer ainsi les personnes, c’est indirectement critiquer la politique du président.

Deux questions se posent, la première c’est qu’est ce que pouvait bien penser le général McCrystal en laissant passer un tel article, la deuxième c’est que penser de la situation afghane aujourd’hui.

En ce qui concerne la première. Cet incident ressemble à l’affaire Fallon, en 2008, Rolling Stone Esquire (un magazine du même style que Rolling Stone) consacrait un article à l’Amiral William Fallon alors en poste au Central Command, dans celui-ci il critiquait ouvertement la politique du président Bush vis à vis de l’Iran. Le résultat ne s’est pas fait attendre, Fallon fut contraint à la démission. Une différence, comme le rappelle Thomas Barnett est que le désaccord portait sur une question politique fondamentale, ici la politique ne semble pas directement en cause c’est surtout une critique désobligeante des différents protagonistes de la politique américaine en Afghanistan. Mais c’est finalement une différence assez secondaire, critiquer les personnes c’est critiquer la politique dans une certaine mesure. Pourquoi? Il peut s’agir d’une erreur soit des services de communication  ou de McChrystal qui aurait perdu le sens des réalités (politiques), ou est-ce une forme de suicide? L’erreur d’une manière ou d’une autre semble plus probable, comme le font remarquer bien des commentateurs, si le général voulait partir, il pouvait le faire d’une manière nettement plus grandiose. Dans le cas présent, c’est finalement une fin assez lamentable.

Sur l’Afghanistan, et bien tout cela est passablement déprimant. Tout d’abord les personnes. Les critiques de McChrystal et ses conseillers montrent en réalité la très grande fragmentation du dispositif diplomatique en Afghanistan. Si il n’y a qu’un seul chef militaire, il y en face, l’ambassadeur américain à Kaboul, l’envoyé spécial pour l’Afghanistan et le Pakistan, le Haut-Représentant de l’OTAN en Afghanistan, et évidemment Washington avec le Président et son vice-président avec des idées arrêtées sur la question. Bref, cela fait beaucoup de monde et l’on ne sait pas qui dirige. L’harmonie entre ces différents personnages est complètement absente. Si au niveau militaire le commandement s’est finalement plus ou moins unifié, ce n’est pas du tout le cas au niveau diplomatique. C’est un motif récurrent des stratégies de contre-insurrection en Afghanistan, la partie civile de l’action civilo-militaire n’a tout simplement pas l’air de suivre.

En ce qui concerne le commandement, il n’y aura officiellement pas de changement de stratégie. Toutefois il est probable que le nouveau commandant, Petraeus, voudra faire sa propre revue de la situation et des changements sont donc possibles d’autant plus que la Maison Blanche sera dans une position de faiblesse face à ses demandes. Obama pourra difficilement se permettre de remplacer un troisième général, surtout Petraeus couvert de gloire après sa campagne irakienne.

Pour conclure, tout cela ne prête guère l’optimisme. L’objectif, pourtant modeste par rapport aux ambitions des premières années, de constituer une force locale capable de résister au taliban, semble bien difficile à atteindre.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.